mardi 12 décembre 2017

LETTRE OUVERTE AU GOUVERNEMENT

Matignon se déplace à Cahors cette semaine.... Ed. Philippe va-t-il en profiter pour connaître les préoccupations du terrain ? Va-t-il entendre les associations qui font des constats et avancent des solutions. 

Eh oui, "la base" est pleine de gens formidables qui savent réfléchir et trouver les pistes pour améliorer leur vie !!! 

Parmi les préoccupations premières, l'accès aux soins. Les médecins prennent leur retraite et qui va les remplacer ? Soyons réalistes, ce seront des médecins salariés ou des médecins étrangers. Ou bien il faut prendre de nouvelles mesures incitatives au niveau du gouvernement. Qui intéressent les médecins voulant changer de vie ou les jeunes praticiens. Qui soient aussi immédiatement bénéfiques aux territoires sous dotés en médecins généralistes et spécialistes. 

Lisez notre Lettre Ouverte et renvoyez-nous votre avis !!


LETTRE OUVERTE AU GOUVERNEMENT PHILIPPE


Suite à l’annonce du doublement des Maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) et au rapport sur l’avenir de l’assurance maladie de la Cour des Comptes (CC), deux associations interpellent le gouvernement sur sa politique de santé à déployer à court terme pour endiguer avec efficacité le glissement vers la désertification médicale, inexorable si aucune mesure centrale n’est engagée sur un territoire comme le nôtre, le Lot.

D’un côté la promesse du gouvernement de doubler le nombre de MSP, de l’autre un pavé dans la mare jeté par la CC qui voudrait limiter les honoraires des médecins libéraux et utiliser l’arme du dé-conventionnement. Il y a bien urgence à améliorer fondamentalement et de manière durable l’organisation de la santé sur nos territoires.

Mais que préconiser ? Les mesures financières incitatives atteignent leurs limites et les propositions contraignantes peuvent davantage détruire qu’encourager une dynamique positive de l’organisation de la santé sur les territoires.

Nous appelons les Pouvoirs Publics à soutenir le tournant médical à négocier au profit de tous les citoyens quels que soient leur âge, leur origine sociale, leur lieu d’habitation. Sans cette intervention, l’impuissance des acteurs de terrain va rencontrer la colère de la population.

Pour attirer les médecins, généralistes et spécialistes -nous n’oublions pas ces derniers qui manquent cruellement sur nos territoires ruraux et qu’il faut attirer-, nous préconisons trois axes de mesures :

1-  Des incitations véritables à s’installer sur les zones sous dotées avec une décharge totale des tâches administratives des médecins s’installant sur des territoires ciblés comme prioritaires et une prise en charge par la Sécurité sociale, selon des modalités et des limites à définir, de leurs dépassements d’honoraires

2-     Un appui à la collaboration multidisciplinaire au sein des établissements de santé, y compris les MSP, en créant de nouveaux cursus de formation et une reconnaissance statutaire de la pratique avancée du métier d’infirmier/infirmière

3-     Un renforcement d’une architecture médicale lisible par tous, avec l’institution d’un équipement systématique de base dans chaque bassin de vie comportant un local de garde, des moyens en télémédecine, en radiologie simple et en prélèvements biologiques

Avec la pénurie grandissante des médecins sur les territoires ruraux comme le Lot, sans nouvelles mesures efficaces de l’État, les élus auront beau se démener comme de beaux diables, ils ne pourront jamais rivaliser avec les zones hyper-privilégiées en termes de climat et de dotations hospitalières.

Nous, associations de « Mieux vivre dans le nord du Lot » et de « Vivre Figeac », demandons aujourd’hui au gouvernement de prendre à bras le corps la question de la désertification médicale sans casser l’essence même du système de santé français assis sur une double caractéristique : l’exercice libéral des médecins et le remboursement des actes par la Sécurité sociale.

Nous, associations de citoyens, refusons la fracture sociale et économique des territoires et appelons le gouvernement à prendre des mesures appropriées pour sauvegarder l’excellence médicale de notre pays, la conduire sur une perspective innovante, respectueuse des motivations et statuts des praticiens de la santé et des citoyens qui ont un droit constitutionnel à l’accès aux soins.


Cahors, le 12 décembre 2017,                                                                                                                            les Bureaux de "Mieux Vivre dans le nord du Lot" et "Vivre Figeac et son territoire"

vendredi 8 décembre 2017

Demain, quelle organisation de la santé sur le périmètre Cauvaldor ?

Vendredi 8 à Souillac, à 15h salle du Bellay, Sylvie Tabary et le Dr Patrick Vignon, respectivement présidente et trésorier de l’association «Mieux vivre dans le nord du Lot», animeront une conférence-débat gratuite et ouverte à tous dans le cadre de « Vivre à Souillac » intitulée 

« Pourra-t-on se soigner demain comme hier ?
Face à la pénurie de médecins, 
perspectives sur le nord du Lot ».

Sur le territoire de Cauvaldor et sur Souillac, va-t-on en effet réussir à pourvoir aux besoins d’implantation de nouveaux médecins pour garantir l’accès aux soins pour tous ? Ou bien va-t-on vers des solutions plus drastiques : fonctionnarisation des médecins comme en Saône-et-Loire par exemple ou recrutement de médecins étrangers à coup de mobilisation de fonds publics sans assurance d’ancrage local durable ?

« Mieux vivre dans le nord du Lot » a anticipé depuis 2 ans les difficultés actuelles de la Vallée de la Dordogne lotoise. Aujourd’hui l'association ne baisse toujours pas les bras et présentera les chemins qu'il serait bon d'emprunter collectivement pour tourner le dos à la désertification médicale rampante du territoire.

mardi 7 novembre 2017

PRÈS DE 1500 SIGNATURES !

Notre pétition, qui a circulé au mois d’octobre, a recueilli près de 1500 signatures. Les 6 axes de travail préconisés pour renforcer l’attractivité médicale du territoire ont donc rencontré une large adhésion, le texte n’étant proposé que sur les 3 pôles géographiques suivants :
-       Biars-Bretenoux-Vayrac,
-       Martel-Payrac-Souillac-Rocamadour
-       Saint-Céré-Sousceyrac


Nous remercions très chaleureusement les adhérents qui ont aidé au recueil des signatures ainsi que les nombreuses pharmacies qui ont joué le jeu pour diffuser le texte. 

Notons que les scores sont relativement similaires sur les 3 zones en question, montrant une nouvelle fois que l’inquiétude concerne bien l’ensemble du périmètre couvert.


Nous sollicitons le Président de Cauvaldor, Mr G. Liébus, pour lui présenter les résultats de cette pétition sur le fond et la forme. 

Rappel des 6 axes préconisés sur la pétition, pour améliorer l'offre de soins et attirer de nouveaux médecins :

1/la reconnaissance officielle de la thématique santé dans la structure Cauvaldor au sein de la commission « aménagement du territoire »

2/la définition des bassins de santé calqués sur la vie réelle des habitants et non sur les découpages administratifs régionaux, y compris pour les urgences

3/une concertation interprofessionnelle dans chaque bassin de santé pour articuler les compétences des professions médicales entre elles, libérales et hospitalières,  favorable au travail d’équipe et à la promotion des parcours de santé individualisés des patients

4/un soutien à la généralisation des dossiers médicaux partagés évitant ainsi lenteurs, doublons et erreurs entre les phases de soins

5/un plan télémédecine pour appuyer les diagnostics de base et diminuer significativement le renoncement aux soins (en cardiologie, dermatologie, biologie, radiologie…)
6/l’inscription d’un volet « prévention et éducation thérapeutique » dans tous les projets de santé publics, notamment en faveur des jeunes et des aînés

lundi 11 septembre 2017

AU FORUM DES ASSOCIATIONS DE SOUILLAC

Un public très intéressé, une occasion d'échanger les ressentis, les analyses, les idées sur la présence médicale dans la ville de Souillac et sur le nord du Lot.
La thématique sur "l'accès aux soins, un droit" quelque soit son lieu de résidence et son niveau de vie a permis un débat avec les familles, les touristes et les habitants.



mercredi 6 septembre 2017

URGENCE SANTÉ : STOP À L'ATTENTISME

Samedi 9 septembre, à Souillac, au forum des associations, "Mieux vivre dans le nord du Lot" présente ses actions et invite le public à signer sa pétition.

Notre rapport sur les axes stratégiques à développer pour attirer de nouveaux médecins a intéressé un certain nombre de décideurs publics. Aujourd’hui, nous appelons les forces vives du territoire à construire une organisation de la santé sur le nord du Lot intégrant les aspirations à soigner en équipes pluridisciplinaires et à distance. Sans cette prise de conscience, le territoire regardera passer le train des évolutions médicales sans accueillir de nouveaux médecins motivés pour rester. 

Pour ces raisons, nous appelons de nos vœux :

1/la reconnaissance officielle de la thématique santé dans la structure Cauvaldor au sein de la commission « aménagement du territoire »

2/la définition des bassins de santé calqués sur la vie réelle des habitants et non sur les découpages administratifs régionaux, y compris pour les urgences

3/une concertation interprofessionnelle dans chaque bassin de santé pour articuler les compétences des professions médicales entre elles, libérales et hospitalières,  favorable au travail d’équipe et à la promotion des parcours de santé individualisés des patients

4/un soutien à la généralisation des dossiers médicaux partagés évitant ainsi lenteurs, doublons et erreurs entre les phases de soins

5/un plan télémédecine pour appuyer les diagnostics de base et diminuer significativement le renoncement aux soins (en cardiologie, dermatologie, biologie, radiologie…)

6/l’inscription d’un volet « prévention et éducation thérapeutique » dans tous les projets de santé publics, notamment en faveur des jeunes et des aînés

LETTRE OUVERTE AU GOUVERNEMENT