lundi 11 septembre 2017

AU FORUM DES ASSOCIATIONS DE SOUILLAC

Un public très intéressé, une occasion d'échanger les ressentis, les analyses, les idées sur la présence médicale dans la ville de Souillac et sur le nord du Lot.
La thématique sur "l'accès aux soins, un droit" quelque soit son lieu de résidence et son niveau de vie a permis un débat avec les familles, les touristes et les habitants.



mercredi 6 septembre 2017

URGENCE SANTÉ : STOP À L'ATTENTISME

Samedi 9 septembre, à Souillac, au forum des associations, "Mieux vivre dans le nord du Lot" présente ses actions et invite le public à signer sa pétition.

Notre rapport sur les axes stratégiques à développer pour attirer de nouveaux médecins a intéressé un certain nombre de décideurs publics. Aujourd’hui, nous appelons les forces vives du territoire à construire une organisation de la santé sur le nord du Lot intégrant les aspirations à soigner en équipes pluridisciplinaires et à distance. Sans cette prise de conscience, le territoire regardera passer le train des évolutions médicales sans accueillir de nouveaux médecins motivés pour rester. 

Pour ces raisons, nous appelons de nos vœux :

1/la reconnaissance officielle de la thématique santé dans la structure Cauvaldor au sein de la commission « aménagement du territoire »

2/la définition des bassins de santé calqués sur la vie réelle des habitants et non sur les découpages administratifs régionaux, y compris pour les urgences

3/une concertation interprofessionnelle dans chaque bassin de santé pour articuler les compétences des professions médicales entre elles, libérales et hospitalières,  favorable au travail d’équipe et à la promotion des parcours de santé individualisés des patients

4/un soutien à la généralisation des dossiers médicaux partagés évitant ainsi lenteurs, doublons et erreurs entre les phases de soins

5/un plan télémédecine pour appuyer les diagnostics de base et diminuer significativement le renoncement aux soins (en cardiologie, dermatologie, biologie, radiologie…)

6/l’inscription d’un volet « prévention et éducation thérapeutique » dans tous les projets de santé publics, notamment en faveur des jeunes et des aînés

jeudi 13 juillet 2017

PERSPECTIVE SECOND SEMESTRE 2017

Rester opérationnels, concrets, constructifs !


Rapprochement avec Vivre Figeac.


Les deux associations, celle du Grand Figeac et celle du nord du Lot, à peu près équivalente en nombre de communes, ont décidé de se concerter dans leurs réflexions et actions pour accroître leur pertinence et la portée de leurs propositions.

Réflexions territoriales touchant à la santé.


Dans la droite ligne du rapport de "Mieux Vivre dans le Nord du Lot" intitulé "Santé rurale dans le nord du Lot, un tournant à négocier", l'association continue à être attentive aux évolutions du territoire au regard des organisations en cours qui concernent l'accès aux soins. Notamment :
- le Conseil Territorial de Santé du Lot,
- le Groupement Hospitalier de Territoire du Lot
- la Convention Cauvaldor-CAF "enfance et jeunesse" 
- la Maison de Santé de Souillac

A chaque fois qu'il est possible, nous proposons notre contribution à ces démarches. La Convention Cauvaldor-CAF est construite autour d'une démarche collective nous impliquant.

Services à la population.


Nous déployons nos efforts vers les citoyens-contribuables-patients :
- participation au Forum des associations de "Souillac-Martel-Rocamadour-Payrac" du 9 septembre prochain 
- diffusion d'une feuille d'information intitulée "Feuille de soins de la Vallée de la Dordogne lotoise" qui, dans le prochain numéro, fera la liste des médecins spécialistes accessible sur notre territoire
- ouverture d'un compte FaceBook à la rentrée prochaine

Pétition 


Les adhérents ont validé le recours à une pétition pour motiver et approfondir des actions de fond sur l'organisation de la santé territoriale.
Les acteurs publics du nord du Lot sont les leviers incontournables de cette prise de conscience qui ne saurait être trop tardive sous peine de voir le périmètre manquer le tournant médical impulsé par les praticiens qui veulent dorénavant travailler en équipe et des technologies de soins ambulatoires qui augmentent aujourd'hui en efficacité, y compris à distance. 

jeudi 29 juin 2017

LE PCF FACE À LA DÉSERTIFICATION MÉDICALE

Les réponses du PCF au questionnaire de l'association nous sont parvenues après l'élection à la députation.

Quelques extraits :

L'attractivité médicale- La situation actuelle est la conséquence de décisions politiques graves depuis des années...
Il faut rendre attractif l'exercice...le libérer des tâches administratives...améliorer le travail en équipe.

Les spécialistes- Le travail en réseau avec des centres dits d'excellence est utile et pertinent...avec les visioconférences, la télémédecine.

Les petits hôpitaux- Ils sont un maillage indispensable pour les territoires. Ils doivent être en relation avec les grands centres....Ils peuvent s'adosser à un centre de santé qui serait attractif pour les jeunes médecins. La VP Marie Piqué a fait beaucoup sur le sujet.

Les maternités- C'est la mise en place d'équipes multi-sites ... promouvoir le partenariat, le partage de compétences... Nous demandons avec insistance la réouverture de la maternité de Decazeville...

Les urgences- Il est indispensable d'avoir des antennes décentralisées, des moyens de liaisons rapides les SMUR, les établissements de proximité.

La coordination médicale- ...engager un niveau de professionnel-le-s conséquent à 10-12 ans...envisager des mesures transitoires...

Les frontières administratives- ...sommes pour les coopérations plus que les concurrences.





mardi 6 juin 2017

LE FN FACE À L'ACCÈS AUX SOINS

RÉPONSE REÇUE CE JOUR 
DE VIRGINIE CASTAGNOL ET BRUNO LERVOIRE




1. L’ATTRACTIVITÉ MÉDICALE
Les villes de plus de 100 000 habitants offrent aux médecins un éventail de «possibles» tant au niveau professionnel que personnel. Des mesures existent pour inciter les généralistes à s’implanter sur les territoires sous dotés mais elles sont apparemment insuffisantes. De nouvelles dispositions seraient-elles nécessaires et lesquelles ?
Création d’un service civique de santé d’une durée de 6 mois renouvelables pour les jeunes médecins Création d’un stage d’internat dans une zone en tension de 6 mois pour la médecine générale et les spécialités
Exonération de charges pour les médecins retraités souhaitant exercer dans une zone en tension
Validation des acquis aux infirmiers expérimentés leur permettant d’accéder à des études de médecine courtes

2. LES SPÉCIALISTES
Le manque de spécialistes hospitaliers et libéraux est criant sur tout l’hexagone et encore plus sur un territoire comme le nôtre : ophtalmo, gynéco, dermato, psychiatre, rhumato...
Les distances à plus de 30 km et les délais de rv à plus de 3 mois se traduisent par un renoncement aux soins sur le nord du Lot. Quelles solutions prônez-vous pour améliorer significativement cette situation ?
Développer de nouveaux modes d’exercices
Octroyer de nouvelles compétences aux autres professionnels de santé Relever le numérus clausus d’accès aux études de santé

3. LES PETITS HÔPITAUX
Nous sommes en territoire semi-rural doté de 3 hôpitaux de taille moyenne : Gourdon, St-Céré, Figeac. Les petits hôpitaux ont de grosses difficultés à fonctionner et à recruter. Que préconisez-vous pour assurer leur rôle au sein des territoires ?
Définition d’une offre de soins minimale pour chaque établissement quelque soit sa taille Remise à plat de la tarification des établissements de santé
Développement de la prise en charge ambulatoire
Réévaluation des traitements des personnels hospitaliers par rapport à la pénibilité

Stage d’internat dans une zone en tension

4. LES MATERNITÉS
La surveillance et la sécurité des grossesses sur un territoire comme le nord du Lot pâtissent de la disparition des petites maternités et de l’absence de gynécologues-obstétriciens. Sur le sujet, proposez-vous un plan santé valorisant des solutions de proximité et lesquelles ?
Développer un service de surveillance des grossesses dans les maisons de santé Imposer qu’un service obstétrique fasse partie de l’offre obligatoire de chaque hôpital Réfléchir à un service itinérant de personnel médical spécialisé

5. LES URGENCES
Les urgences accessibles à plus de 30 mn, comme sur la moitié de la 2ème circonscription du Lot, créent une mortalité évitable contraire au droit égalitaire face aux soins. Quelles mesures comptez-vous appuyer pour résoudre la question ?
Favoriser le développement de petites structures mixtes, spécialisées dans les soins d’urgence Associer les maisons de santé au développement des urgences de proximité
Développer un partenariat entre secteurs public et pri
vé

6. LA COORDINATION MÉDICALE
Là où hier l’on mourait, aujourd’hui on soigne de longues maladies chroniques qui exigent des interventions multiples de professionnels de la santé à compétences complémentaires. Faut-il favoriser les délégations de tâches, la mise en réseau des praticiens, la télémédecine, et comment ?
Développer le statut d’infirmier clinicien pour le suivi des maladies chroniques Organiser le transport collectif des patients

7. LES FRONTIÈRES ADMINISTRATIVES
Le nord de la 2ème circonscription est situé en Occitanie mais sous l’influence de Brive-la-Gaillarde localisée en Aquitaine. Que comptez-vous avancer comme mesures pour interconnecter les territoires et favoriser la prise en charge des soins, des urgences et des transports sanitaires inter-régionaux ?
Définition de zones trans-territoriales d’intérêt médical
Définition de l’offre minimale médicale dans ces zones
Création d’une charte facilitant la prise en charge des patients dans ces zones

**********************************************************************************
Pour finir, si vous le souhaitez, compléments des questions ci-dessus et préconisations autres.
Vous trouverez ci-joint les 50 propositions du collectif « USAGERS DE LA SANTE » qui a ,comme tout collectif du Rassemblement Bleu Marine, contribué à l’élaboration du programme présidentiel et vous constaterez la place conséquente faite aux zones en tension.
En tant que candidate du Front National, c’est ce programme que j’ai soutenu à l’élection présidentielle 2017 et que je défends aux élections législatives.
Cordialement
Virginie CASTAGNOL 

lundi 5 juin 2017

LES RÉPONSES DU PS SUR L'ACCÈS AUX SOINS


Vincent Labarthe
Catherine Prunet



Élu(e) député(e), vous allez être amené(e) à étudier, à proposer, à voter des mesures concernant la réorganisation des soins au profit des zones sous-dotées en effectifs médicaux et en services hospitaliers. La 2ème circonscription du Lot est tout particulièrement concernée par cette problématique. Sa démographie et son attractivité en dépendent.


1-     L’ATTRACTIVITÉ MÉDICALE

Les villes de plus de 100 000 habitants offrent aux médecins un éventail de «possibles» tant au niveau professionnel que personnel. Des mesures existent pour inciter les généralistes à s’implanter sur les territoires sous dotés mais elles sont apparemment insuffisantes. De nouvelles dispositions seraient-elles nécessaires et lesquelles ?

Elle doit être pensée globalement à l'échelle d'un territoire et relève de plusieurs responsables. 
         A/ Pour les professionnels : stages multiples et obligatoires en « périphérie » pour les étudiants; prise en charge améliorée de la pdsa ; statut mixte libéral et salarié de l'hôpital local;
         B/ D'un point de vue sociétal : possibilité pour les familles de vivre en ville par une organisation du territoire et de l'exercice.
     C/ Le rôle des collectivités et de l'état qui doit être soutenu, chacun dans son niveau de responsabilité. L'état dans la plupart de ce qui est développé dans mes réponses, les régions sur l'incitation à travers la mise en place de schémas territoriaux évitant les chevauchements inutiles et coûteux, la promotion et les subventions d'équipements et le transport de patients. Les départements sur les subventions d'équipements, la relation entre structures. Le bloc communal et intercommunal sur la maitrise d'ouvrage et la gestion suivant les outils retenus. (centre de santé, MSP, ..... )

2-     LES SPÉCIALISTES

Le manque de spécialistes hospitaliers et libéraux est criant sur tout l’hexagone et encore plus sur un territoire comme le nôtre : ophtalmo, gynéco, dermato, psychiatre, rhumato… Les distances à plus de 30 km et les délais de rv à plus de 3 mois se traduisent par un renoncement aux soins sur le nord du Lot. Quelles solutions prônez-vous pour améliorer significativement cette situation ?

Le problème est difficile car les usagers exigent a juste titre qualité et proximité. Or la qualité nécessite des cohortes de patients incompatible avec des territoires peu peuplés. Donc obligation d'avoir des équipes de territoire et non de site précis ( par exemple chirurgien du genou pour tout le Lot et non pour un seul Hôpital avec coopération avec des structures pilotes comme le Chu)
  
3-     LES PETITS HÔPITAUX

Nous sommes en territoire semi-rural doté de 3 hôpitaux de taille moyenne : Gourdon, St-Céré, Figeac. Les petits hôpitaux ont de grosses difficultés à fonctionner et à recruter. Que préconisez-vous pour assurer leur rôle au sein des territoires ?

La réponse a été traitée précédemment, sans oublier la sortie de la T2A pour ce type d’hôpital. Il sera important sur cette question de renforcer les coopérations entre structures mais également entre généralistes, spécialistes du territoire.


4-     LES MATERNITÉS

La surveillance et la sécurité des grossesses sur un territoire comme le nord du Lot pâtissent de la disparition des petites maternités et de l’absence de gynécologues-obstétriciens. Sur le sujet, proposez-vous un plan santé valorisant des solutions de proximité et lesquelles ?

Sujet passionné. Raisonner en territoire de santé et non avec les frontières administratives (départements). C'était le sens des GHT mais les unités créées n’ont pas été dessinées avec cette préoccupation. Donc redessiner des territoires et faire des vrais GHT avec des équipes de territoire paraît être la solution. Il faut impérativement y adjoindre une notion de temps de transport comme pour les urgences. 


5-     LES URGENCES

Les urgences accessibles à plus de 30 mn, comme sur la moitié de la 2ème circonscription du Lot, créent une mortalité évitable contraire au droit égalitaire face aux soins. Quelles mesures comptez-vous appuyer pour résoudre la question ?

C'est sensiblement identique à la problématique des maternités, en ajoutant le développement (et donc de meilleures rémunérations) pour les médecins correspondant SAMU. Et le maillage en ambulance qui reste primordial. 
  
6-     LA COORDINATION MÉDICALE

Là où hier l’on mourait, aujourd’hui on soigne de longues maladies chroniques qui exigent des interventions multiples de professionnels de la santé à compétences complémentaires. Faut-il favoriser les délégations de tâches, la mise en réseau des praticiens, la télémédecine, et comment ?

Sujet majeur et transverse. À développer à tout prix avec des dispositifs incitatifs. Je ne suis pas à priori pour la coercition. 

7-    LES FRONTIÈRES ADMINISTRATIVES

Le nord de la 2ème circonscription est situé en Occitanie mais sous l’influence de Brive-la-Gaillarde localisée en Aquitaine. Que comptez-vous avancer comme mesures pour interconnecter les territoires et favoriser la prise en charge des soins, des urgences et des transports sanitaires inter-régionaux ?

C'est le bon sens évident. Nous devons tenir compte des habitudes de bon sens des usagers et non être "tenus" par des frontières administratives datant de la révolution française. Le législateur doit s'emparer de ce sujet.

**********************************************************************************
Pour finir, si vous le souhaitez, compléments des questions ci-dessus et préconisations autres.

De mon avis il est très d'important que les usagers s'emparent de ces questions et comme vous le faites, puissent porter la réflexion.
Par expérience, s'appuyer sur les professionnels ne suffit pas à l'élaboration d'un projet de santé territorial. La recherche de la collectivité compétente sur les différents sujets sera probablement une des problématiques dont la prochaine assemblée aura à traiter.
Nos territoires ont intérêt à se préoccuper de ces sujets car avec une population âgée, nous devons un service de qualité mais c'est également une part importante de notre économie et de notre emploi. Il faudra donc que le député de cette circonscription défende une péréquation meilleure entre les départements qui portent l'activité économique et ceux qui comme le nôtre accueillent soit par un retour aux origines soit par envie de "mise au vert" de nombreux nouveaux arrivants. 


Vincent LABARTHE
Candidat Législatives Deuxième Circonscription du Lot




**********************************************************************************